Conseils aux étudiants pour gérer leurs finances en kot.jpg

août 2021

Conseils aux étudiants pour gérer leurs finances en kot

Prendre un kot est profitable à tous : les parents ne doivent plus tirer leurs enfants du lit le matin et les étudiants sont heureux de gagner quelques minutes de sommeil supplémentaire. Bref, tout le monde y gagne. Mais comment gérer les questions d’argent lorsqu’on est livré à soi-même ? Voici quelques conseils pour aider les étudiants à devenir plus autonomes.

Pour de nombreux étudiants (et leurs parents), le passage en kot représente un cap important. Outre l’apprentissage de la cuisine et du nettoyage, les étudiants doivent désormais gérer leurs finances eux-mêmes.

Votre enfant habite en kot ou envisage de le faire ? Dans ce cas, mieux vaut lui confier un maximum de responsabilités. À cet âge, votre fils ou votre fille est capable d’établir un budget, de payer des factures, de souscrire une assurance et bien d’autres choses encore. Il ou elle apprend ainsi à gérer les coûts fixes et à (encore) mieux contrôler les revenus et les dépenses. En d’autres termes, en laissant votre enfant gérer ses dépenses, vous lui apprenez déjà à voler de ses propres ailes.

Le budget en kot d’étudiant

Les parents ont le devoir légal d’entretenir leurs enfants jusqu’à la fin de leurs études. La prise en charge des frais liés au logement et à la nourriture dépend de la situation de chaque ménage. Un étudiant majeur qui ne souhaite plus habiter chez ses parents peut décider de prendre son propre logement. Dans ce cas, ses parents peuvent convenir avec lui, par exemple, qu’il paie (une partie) du loyer. Parfois, en raison de la distance ou du temps de trajet, prendre un kot est la seule solution possible.

En général, les parents donnent à l’étudiant un montant fixe mensuel ou hebdomadaire pendant cette période. Mais combien cela coûte-t-il d’être un étudiant ou d’avoir un étudiant à la maison ? Très cher, selon les calculs du CEBUD, le Centre de conseil et de recherche en matière de budget de la haute école Thomas More. Surtout si l’on compare ces coûts avec ceux d’un étudiant qui continue à habiter chez ses parents. Un étudiant en kot qui suit un bachelor aura besoin de 4 767 € de plus qu’un étudiant qui ne se rend pas à l’école en voiture.

Cependant, tous les coûts ne sont pas à la charge de l’étudiant. Le calcul du CEBUD reflète les frais de subsistance généraux d’un étudiant, qu’il habite en kot ou non. Ces frais comprennent entre autres les vêtements et les loisirs, qu’il paie peut-être déjà avec son argent de poche, mais aussi le coût de la chambre de l’étudiant dans le foyer familial (participation au loyer ou à l’hypothèque), un coût indirect supporté par les parents.

1. Frais de subsistance : alimentation, santé et soins, habillement, mobilité

En semaine, les étudiants qui vivent en kot cuisinent (souvent) leur propre nourriture, tandis que ceux qui font la navette profitent encore des repas préparés par leurs parents. Selon le CEBUD, un étudiant en kot dépense 2 223 € par an en nourriture, contre 1 906 € pour un étudiant qui habite chez ses parents.

En ce qui concerne la santé et les soins, les étudiants vivant en kot doivent créer leur pharmacie, ce qui représente selon le CEBUD un coût supplémentaire de 60 € par rapport à un étudiant qui fait la navette chaque jour.

Les frais d’habillement sont les mêmes pour les deux types d’étudiants (530 € par an), tout comme les frais de divertissement (2 638 € par an) et les frais de mobilité pour les voyages non liés à l’école (359 € par an).

Enfin, il faut prendre en compte le loyer (ou le remboursement mensuel) de l’habitation familiale. L’étudiant navetteur continuera à dormir chez lui, mais l’étudiant en kot dispose également d’une chambre qu’il utilise principalement le week-end. Le CEBUD a budgétisé ce montant à 1 564 €, autrement dit, la différence entre le loyer moyen d’une habitation wallonne de qualité avec une ou deux chambres, y compris l’ameublement et les coûts de consommation.

2. Coûts directs des études : frais d’inscription, cours, ordinateur portable

Au niveau des frais directement liés aux études, qui varient selon le cursus choisi, on n’observe pas de différence entre les deux cas. Toutefois il existe une différence dans le montant maximum des frais de scolarité requis par les établissements d’enseignement supérieur et les universités. Un étudiant boursier suivant un programme de 60 crédits paie 113 € pour ses frais d’inscription, un étudiant quasi-boursier 506 € et un étudiant non-boursier 962 €.

Les cours, livres et autres ressources d’apprentissage dépendent du programme. Une licence coûte en moyenne 243 € par an, contre 259 € pour un master. Par ailleurs, certains programmes incluent des stages, des voyages d’études, des travaux de fin d’études ou l’utilisation d’un atelier. En école supérieure, ces frais s’élèvent en moyenne à 152 €, contre 96 € à l’université. N’hésitez pas à vous renseigner auprès du secrétariat des étudiants ou du service social de l’institut de formation pour demander une estimation précise selon le programme.

Aujourd’hui, il est indispensable que l’étudiant dispose d’un ordinateur portable, pour lequel il faut compter un coût d’achat unique de 673 € en moyenne (avec sac d’ordinateur, logiciel et clé USB inclus). Les frais d’impression, quant à eux, s’élèvent à 93 €.

3. Coûts indirects des études : déplacements vers le campus, matériel scolaire et location d’un kot

Les frais de transport dépendent en grande partie de la distance entre le campus et le domicile et du choix du moyen de transport. Un étudiant navetteur peut prendre un abonnement de bus et/ou de train ou la voiture. Un étudiant en kot qui rentre chez lui pour le week-end aura également besoin d’un abonnement ou d’une carte, et d’un vélo (y compris son entretien) pour se rendre facilement à l’école. Pour obtenir une estimation précise selon votre situation et vos choix, mieux vaut comparer vous-même les coûts de transport.

Fournitures scolaires et de bureau

Un étudiant vivant en kot a besoin d’une chaise et d’une lampe de bureau, tandis qu’un étudiant qui fait la navette nécessitera une boîte à lunch et un thermos. Pour ces fournitures scolaires et de bureau, le CEBUD prévoit un budget de 64 € dans le premier cas et de 88 € dans le second. Les frais d’un nouveau cartable sont également inclus dans ce budget.

Coût d’un kot d’étudiant

Dernier point et non des moindres, le logement. Une chambre d’étudiant est une dépense lourde et compte pour environ un tiers des dépenses. Selon le CEBUD, un kot (chambre privée classique avec lavabo) coûte en moyenne 358 € par mois, frais de consommation inclus. Pour l’ameublement (y compris le linge de lit et les autres articles d’habillement), il faut compter un budget de 87 €. Lors du choix d’un kot, pensez à vérifier si le matériel de nettoyage et l’équipement de cuisine sont inclus. Si ce n’est pas le cas, il vous faudra débourser 265 € supplémentaires.

Bien entendu, les prix des chambres d’étudiants varient considérablement. Un studio en plein cœur de Bruxelles coûtera plus cher qu’une chambre en périphérie d’Hasselt. En outre, d’autres facteurs propres au bâtiment ou à l’emplacement spécifique ont une incidence sur le prix, notamment la distance par rapport aux facultés, l’emplacement (à l’intérieur ou à l’extérieur du quartier étudiant), la qualité de la chambre et des équipements (chambre avec équipements communs, salle de bain privée, studio complet), la surface, les équipements communs supplémentaires (machine à laver, séchoir, etc.), la situation de la chambre dans le bâtiment, etc.

Selon le dernier Kotkompas du consultant immobilier Stadim, un kot coûte en moyenne 400 € par mois (hors charges) en Flandre, 385 € en Wallonie et 455 € à Bruxelles. Le tableau ci-dessous donne une indication des prix de location (hors charges) par type de chambre et par région, sur la base des 10 plus grandes villes étudiantes.

Belgique
Flandre
WallonieBruxelles
Chambre d’étudiant330 €320 €335 €385 €
Chambre avec sanitaire privé405 €420 €370 €485 €
Studio490 €495 €460 €560 €
Moyenne400 €400 €485 €455 €

Source : Kotkompas Stadim

Tous les frais et toutes les charges doivent être inclus dans le loyer du contrat de location. Seules les consommations d’eau, d’énergie et de télécommunications (internet) peuvent être facturées séparément. Parfois, il s’agit d’un coût forfaitaire.

Pensez à intégrer la caution locative dans votre calcul. Ce montant (qui ne dépasse pas deux mois de loyer) vous sera restitué à la fin du contrat (si l’étudiant laisse le logement en bon état), mais vous devrez être en mesure de la payer.

Conseils pour la recherche d’un kot abordable

  • Commencez votre recherche à temps : en avril ou en mai. Vérifiez chaque année s’il existe une alternative meilleure ou moins chère.
  • Consultez le service du logement de l’université ou de la haute école, ou cherchez sur des sites web spécialisés (toutes les grandes villes estudiantines possèdent un site web dédié avec des petites annonces) pour comparer les offres.
  • Autre façon de réduire les coûts : partager le logement ou de le louer ensemble. Au lieu d’une chambre d’étudiant, vous louez une maison ou un appartement « complet » avec plusieurs autres étudiants dans le cadre d’un contrat de location standard.
  • Votre enfant passera l’été à la maison ? Dans ce cas, il est peut-être préférable d’opter pour un contrat de 10 mois si votre propriétaire le permet.
  • Conservez soigneusement une copie du contrat de location, du règlement de location et de la description du site.
  • Négociez une clause de résiliation dans le bail au cas où vous voudriez mettre fin au contrat prématurément.
  • Placez la garantie locative sur un compte bancaire au lieu de la payer en espèces, même si le propriétaire vous le demande. Cela n’est pas autorisé par la loi. Optez plutôt pour le dépôt de la garantie sur un compte bloqué. Ainsi, personne ne pourra y accéder pendant la durée du contrat, ni vous ni le propriétaire. Le montant sera libéré sur accord écrit commun du locataire et du propriétaire.
  • Vous n’êtes pas tenu légalement de souscrire une assurance incendie pour un kot d’étudiant, mais il est conseillé de le faire. Parfois, le propriétaire l’exige explicitement. Renseignez-vous au préalable, il se peut que ces risques soient déjà couverts par l’assurance incendie des parents et/ou du propriétaire.

Conseils d’épargne pour les étudiants en kot

Le statut d’étudiant accorde un grand nombre de réductions et d’avantages financiers. Pensez à en profiter dès maintenant, car certains ne vous seront à nouveau accordés qu’après votre retraite. Ces conseils ne nécessitent pas d’efforts extrêmes et permettent de réduire considérablement vos frais :

  • Demandez des remises pour étudiants chez le coiffeur, au restaurant, au club de sport, au musée ou au cinéma. Certaines réductions sont même parfois accordées lors de l’achat d’un nouvel ordinateur portable ou d’un lit.
  • Achetez vos livres en seconde main et revendez vos propres livres lorsque vous n’en avez plus besoin.
  • Cuisinez vous-même (cuisiner ensemble en kot vous reviendra encore moins cher) ou mangez au restaurant de l’université. Préparez votre propre café. Au supermarché, vous trouverez parfois des produits en vente rapide.
  • Établissez un budget, par exemple avec l’outil budgétaire de Wikifin.
  • La décoration d’une chambre d’étudiant ne doit pas nécessairement coûter cher. Vous trouverez une foule de choses intéressantes et amusantes dans les magasins d’occasion et en ligne, il est même possible de recevoir certains objets gratuitement.
  • Évitez les commerces de nuit, ils sont généralement chers.
  • Demandez toutes les indemnités et allocations auxquelles vous avez droit. En moyenne, un étudiant sur quatre peut prétendre à une bourse du gouvernement. Vous trouverez de plus amples informations à ce sujet sur Allocations d’Études ou auprès du service social de votre université ou de votre école.
  • Attendez les soldes pour faire vos achats.
  • Prenez un job d’étudiant pour augmenter vos rentrées, même quelques heures par semaine seulement.
  • Si vous avez des soucis financiers, renseignez-vous auprès du service social de l’université ou de la haute école, il répondra à vos questions financières et tentera de trouver une solution à vos problèmes.

Vous habitez en kot et il vous reste de l’argent chaque mois ?

Commencez dès maintenant à épargner pour votre avenir, ouvrez un compte d’épargne chez NIBC Direct.

Dernière modification : 6 septembre 2021