Epargner des jours de congé

nov. 2015

Ce sera peut-être bientôt possible en Belgique. C’est en tous les cas le souhait du ministre du travail Kris Peeters. En France, les salariés peuvent déjà bénéficier d’un « compte épargne-temps ». Mais comment ça fonctionnera, l’épargne de jours de congé ?

Kris Peeters l’a annoncé le 28 octobre dernier : il voudrait autoriser les travailleurs belges à « épargner » des jours de congé extralégaux. C’est-à-dire des jours de congé que l’employeur offre à ses collaborateurs comme avantage.

Concrètement, un travailleur pourrait, lors de période plus chargée, prester davantage d’heures afin de prendre des vacances supplémentaires durant les périodes plus calmes. Ces jours de congé pourraient en outre être reportés à l’année suivante, sans délai dans le temps. Cela signifie aussi qu’une personne qui accumulerait cinq jours de congé extralégaux durant quatre ans, pourrait sans problème profiter d’un mois de congé en une fois. Par contre, il ne devrait pas être possible de reporter tous les jours de congé épargnés en fin de carrière afin de pouvoir partir plus tôt à la retraite.

Pour l’instant, rien n’est encore concrétisé. Le projet doit être négocié avec les partenaires sociaux. On devrait en savoir plus à l’été 2016.

 La France, précurseur

Un système plus ou moins semblable existe depuis l’an dernier déjà en France. Le compte épargne temps français permet au salarié d’accumuler des droits à congé rémunéré ou de bénéficier d’une rémunération, immédiate ou différée, en contrepartie des périodes de congé ou de repos non prises.

Depuis peu, les salariés français peuvent également utiliser leur compte-épargne temps pour financer des heures de ménage ou de garde d’enfants. Si leur employeur est d’accord, ils peuvent convertir jusqu’à 50 % du temps qu’ils ont accumulé sur leur compte épargne-temps pour le convertir en équivalent de nos titres-services. Le système est en phase de test jusqu’au 30 septembre 2016. L’objectif : aider les salariés à mieux concilier vies familiale et professionnelle.

Partagez cet article