phishing-en-2018.jpg

août 2018

L’escroquerie bancaire sur Internet : en hausse de 60 %

De plus en plus de personnes sont victimes des pratiques d’escrocs qui cherchent à voler l'argent sur leurs comptes. Rien qu'au premier trimestre 2018, on a enregistré en Belgique non moins de 1.361 cas d’escroquerie bancaire commis via Internet, soit 60 % de plus que l’année dernière.

Non seulement le nombre de cas de fraude a été significativement plus élevé qu'au cours de la même période de 2017, mais le montant des sommes escroquées a plus que doublé. À titre de comparaison : en 2017, les victimes ont perdu au total 2,5 millions d'euros, alors que les dommages s’étaient limités à 441 000 euros en 2016.

Dans la plupart des cas, la fraude se présente sous la forme d’un courrier électronique qui est envoyé au consommateur et qui semble provenir de la banque de ce dernier. Dans ce courrier, on vous explique que, pour une raison quelconque, votre carte de paiement doit être remplacée ou mise à jour de toute urgence et on vous demande ensuite d'envoyer la carte et de fournir le code. Ou bien : le mail contient un lien conduisant à un site Web qui ressemble au site Web habituel de sa banque. La victime est invitée à fournir ses codes ou mots de passe sur ce site. Ceux-ci sont ensuite utilisés par les fraudeurs pour se connecter sur le site authentique de la banque en ligne du consommateur où ils y effectuent des virements frauduleux.

Via mail ou les réseaux sociaux…

Entre temps, les fraudeurs ont aussi fait leur incursion dans les médias sociaux. Par exemple, ils utilisent parfois WhatsApp pour contacter des personnes qui publient des offres sur des sites d'occasion, et ils se présentent comme des acheteurs intéressés. Ils demandent ensuite au vendeur de transférer un petit montant, par exemple 0,01 euro, sur leur compte, prétendument pour vérifier l'identité du vendeur. Le vendeur recevra alors un lien menant à un faux site Web où ses codes bancaires seront enregistrés.

Les messages qui semblent provenir d'une boutique en ligne ou d’un fournisseur de confiance et qui vous communiquent que vous avez gagné ou que vous pourriez gagner un prix sont aussi devenus très « populaires ». Vous recevez souvent une série de questions par la suite et vous êtes finalement invité(e) à transférer un montant pour les frais d'administration ou d'expédition nécessaires à l'envoi de votre prix.

Comment éviter l’escroquerie ?

Bien que les fraudeurs travaillent d’une manière de plus en plus professionnelle, il suffit souvent d'être un peu plus prudent pour ne pas être victime de pratiques sournoises, également connues sous le nom d'hameçonnage ou de phishing. Quelques conseils :

  • Vérifiez l'expéditeur du courrier. Ce n'est pas tant le nom de l'expéditeur qui compte, mais l'adresse de l'expéditeur. Si l'adresse de l’expéditeur ne correspond pas exactement au nom de votre banque ou de votre fournisseur de confiance, vous devez être prudent(e). Ainsi, il est préférable de ne pas ouvrir les courriers électroniques envoyés par nibcdirect@groundlu.jackradiant.com. Un message authentique de NIBC se termine par nibc.com ou nibcdirect.be.
  • Vérifiez l’introduction. Si une banque belge s'adresse à vous avec un simple « cher » sans plus, il convient de faire preuve de méfiance. Votre banque connaît votre nom.
  • Votre banque ne vous demandera jamais des informations confidentielles dans un courrier ordinaire.
  • Un ton pressant est aussi suspect. Votre banque ne menacera pas de fermer votre compte si vous ne répondez pas dans les trois jours.
  • Si le courrier est rempli de fautes grammaticales ou contient des phrases bancales, méfiez-vous. Il peut s'agir d'un texte rédigé dans une autre langue qui a ensuite été traduit par un outil de traduction automatique. En cas de doute, faites suivre le courrier à la banque.

Que pouvez-vous faire si vous pensez avoir reçu un message d'hameçonnage ?

Avez-vous des doutes sur l'authenticité du courrier ? Appelez votre banque. N'utilisez pas pour ce faire le numéro figurant dans le courrier, mais plutôt le numéro que vous retrouverez sur le site Web de la banque. Si vous recevez un courrier suspect au nom de NIBC Direct, vous pouvez également l'envoyer à l'adresse suivante phishing@nibcdirect.be.

Et si vous êtes victime d’une escroquerie ?

Et si, malgré toutes les précautions, vous êtes tout de même victime d’une escroquerie de ce type, faites bloquer immédiatement votre carte via Card Stop au numéro 070 344 344, déposez plainte auprès de la police et informez votre banque.

Avez-vous une question à nous poser ? Nous vous rappellerons au moment qui vous convient.

Prenez rendez-vous