Usurpation d’identité, prudence !

août 2015

L’an dernier, en Belgique, 4.669 plaintes ont été déposées pour fraude à l’identité. Un chiffre en hausse de 6 % par rapport à 2013 et dont les conséquences peuvent être très désagréables.

Chaque jour, plus de Belges sont victimes d’un vol de carte d’identité ou de l’utilisation frauduleuse de leur identité en ligne. Les usurpations d'identité numérique deviennent d’ailleurs de plus en plus fréquentes. Nous serions même un sur 10 à en avoir déjà été victime. Une augmentation due à notre plus forte présence sur le Net et, plus particulièrement, sur les réseaux sociaux.

On pense souvent que se faire voler sa carte d’identité est moins grave que de se faire voler sa carte de banque. Pourtant, il n’en est rien.

 

 

Une carte d’identité permet à l’usurpateur de contracter des crédits, de commettre des délits ou de s’installer sans autorisation sur le territoire… et les conséquences peuvent être très délicates à gérer. A la difficulté de devoir faire la preuve que l’on est victime de l’usurpation d’identité s’ajoutent les risques de grosses pertes d’argent mais également le stress de recevoir des recommandés ou des huissiers chez soi pendant de longs mois.

Lorsqu’on sait que les malfrats vont jusqu’à récupérer dans les poubelles des documents officiels signés, on se dit que faire un petit effort d’attention peut éviter bien des déboires.

En cas de perte ou de vol de sa carte d’identité, la priorité est de la bloquer via Doc Stop (00800 2123 2123 depuis la Belgique et 0032 2 518 21 13 depuis l’étranger). Et, dans tous les cas, on ne pourra que vous conseiller de porter plainte le plus rapidement possible.

Partagez cet article